Réduire Agrandir Changer les couleurs Imprimer

L’allégement des vernis

lundi 27 mai 2013, par Anne

L’allègement des vernis sur tableaux, statues polychromes avec des illustrations

Le vernis est un film protecteur posé sur le tableau afin de le protéger des intempéries. Il contribue également à donner aux couleurs l’intensité maximale.

Le dévernissage est une étape qui ne doit s’imposer que lorsque le vernis ne peut être régénéré, quand sa teinte trahit l’œuvre et en fausse gravement les valeurs, quand le rendu optique des couleurs est transformé. Car, hélas, cette opération est irréversible.

Le début du XIX° siècle, fut marqué par le goût du « jus-musée » ou du « golden glow ». C’est-à-dire que la majorité des tableaux anciens ont été recouverts d’un vernis teinté, parfois volontairement jauni à l’aide de marc de café. Ce vernis baignait l’œuvre dans une lumière dorée, destinée autant à cacher les atteintes du temps qu’à donner au tableau l’atmosphère sombre qui était chère au goût romantique. Vers le milieu de ce siècle, des précurseurs, Eastlake qui était directeur de la National Gallery de Londres et Villot qui, lui, était Conservateur des Peintures du Louvre, firent dépouiller un certain nombre de tableaux de leurs vernis bruns.

Il faut toujours laisser une mince pellicule de vernis pour, entre autres, respecter les glacis finaux qui sont faits de jus fragiles posés parfois sur un premier vernis par le peintre et en général à base de liants résineux sensibles aux mêmes solvants que les vernis eux-mêmes. Le but de l’allègement est de sauvegarder la patine ou « passage du temps » sur l’œuvre d’art, tout en la rendant plus lisible.

Jusqu’au début du XX° siècle, les produits n’étaient pas nombreux et leur action était peu nuancée. Les restaurateurs prudents se contentaient de dévernir les clairs et ne touchaient pas aux sombres, faits de couleurs fragiles. Les imprudents dévernissant à fond, épidermaient souvent toute la peinture et repeignaient pour dissimuler ces dégâts. Au milieu du XX° siècle se situe une polémique internationale soulevée par l’exposition faite en 1947 à la National Gallery de Londres de tableaux restaurés depuis dix ans. Deux clans qui, à leur suite, ont formé deux (http://espanaviagra.net) écoles appelées anglo-saxonne et méditerranéenne. La première partisane des dévernissages au nom du retour à l’original et d’une assurance scientifique, la seconde de nettoyages modérés au nom d’un jugement critique, du respect d’une certaine réversibilité, de la sauvegarde de la patine. « Le problème esthétique du nettoyage des peintures ne se pose donc pas dans les termes abstraits de l’alternative : dévernissage total ou dévernissage partiel. Il consiste au contraire, en une démarche d’interprétation critique du cas d’espèce visant à rétablir compte tenu de l’état matériel actuel de l’œuvre, non pas un illusoire état original mais l’état le plus fidèle à l’unité esthétique de l’image originelle. Dès lors, les solutions concrètes pourront s’échelonner selon les cas, sur toute la gamme des degrés de nettoyage, jusqu’au dévernissage » Paul Philippot.

Un solvant est un composé organique liquide à température ordinaire, qui présente face à des composés solides un pouvoir de solvatation (= combinaison d’un corps dissous avec son solvant) capable de mettre ces dernières en solution. Après de nombreux tests toujours de la couleur la plus claire à la plus foncée, en prenant en compte différents paramètres comme le paramètre de solubilité appelé aussi triangle de Teas qui renferme la somme des différentes forces d’attraction intermoléculaires (forces de dispersion de Van der Waals, forces polaires, les forces de liaison) Les forces moléculaires, avec les forces de dispersion et les liaisons d’hydrogène, assurent la cohésion interne d’une substance. Ce n’est qu’en 1984 qu’il fut employé en Allemagne grâce à Banik et Krist]. Après ce travail, un solvant ou un mélange de solvants sera retenue.


Articles de cette rubrique
Rechercher
S'authentifier
Identifiants personnels


Ecrire à l'auteur
Envoyer un message

Lire les commentaires ...

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | crédits